Retour

Dour : investigations des sols sur le site « Les Câbleries »

Non classifié(e)

Le site « Les Câbleries », situé dans la commune de Dour, a fait l’objet d’une étude de caractérisation. Celle-ci a consisté en la réalisation de 58 forages, dont 11 équipés en piézomètres. Voici, en résumé, les résultats de cette étude.

Ce site, d’environ 6 hectares, a connu une activité intense entre 1865 et 1989 qui a consisté en la production et la fabrication de câbles (téléphonie, électricité, etc.) et de cordes. Actuellement, le site regroupe un atelier de mécanique et un entrepôt de matériel de location toujours en exploitation, ainsi qu’un hangar et une friche laissés à l’abandon. La plus grande partie du site est, toutefois, le siège de dépôts sauvages de déchets plastiques.

Au niveau du sol, une pollution en métaux lourds a été détectée qui est attribuable à la nature du remblai minier rencontré à certains endroits du site. Il reste cependant une pollution en chrome dans le terrain naturel dont la source n’est pas identifiée. Des dépassements en hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) ont également été mis en évidence. Ils sont attribuables, tant dans les remblais que dans le terrain naturel, à des zones à risques spécifiques (fabrication par étirage à froid, manutention d’huiles, etc.). Les pollutions en huiles minérales et en hydrocarbures aliphatiques chlorés (HCOV), retrouvées uniquement dans les remblais, sont également associées à des zones à risques spécifiques et sont parfois associée aux pollutions en hydrocarbures aaromatiques polycycliques (HAP).

Dans l’eau souterraine, une pollution en chrome est probablement liée aux pollutions du terrain naturel dont la source n’a pas encore été clairement identifiée. De plus, 3 piézomètres sont pollués en tétrachloroéthylène et en cis+trans-1,2 dichloroéthène (HCOV). Ces pollutions pourraient provenir de l’utilisation de solvants pour le décapage ou la préparation des plastiques.