Retour

Surveillance environnementale : 18 sites visités par SPAQuE cet automne

Non classifié(e)

Entre septembre et novembre 2015, SPAQuE a effectué un suivi de la qualité des eaux souterraines ou de surface sur 18 sites, répartis sur l’ensemble de la Wallonie.

L’équipe de surveillance environnementale de SPAQuE vient d’achever une campagne de prélèvements entamée en septembre dernier. Cette campagne a permis d’assurer le suivi de la qualité des eaux souterraines ou de surface sur 18 sites reconnus comme contaminés.

En septembre, octobre et novembre 2015, SPAQuE a ainsi effectué une centaine de prélèvements d’eau et près de 1.100 analyses (soit plus de 8.800 composés analysés) sur ces 18 sites.

Ces sites, classés alphabétiquement par commune, sont les suivants :

  1. Décharge d’Anton à Andenne
  2. Fond de Morvau à Binche
  3. Le Petit Bruxelles à Boussu
  4. Le Marais à Boussu
  5. Les Quarante Bonniers à Braine-le-Château
  6. Warichaix – La Favarge à Braine-le-Comte
  7. Chêne à l’Image à Châtelet
  8. Chemin de Surisse à Dalhem
  9. Décharge des Isnes à Gembloux
  10. Dépôt de cendres à Jalhay
  11. Sart-Moray à Liège (Chênée)
  12. Le Chaufour à Momignies
  13. Fontilloi à Namur (Belgrade)
  14. Arsenal SNCB à Pont-à-Celles
  15. Bois Saint-Jean à Seraing
  16. Ormont à Tournai
  17. Décharge de Mellery à Villers-la-Ville
  18. Pont du Diable à Walcourt

L’ensemble des mesures de contrôles effectuées en 2015 fera l’objet d’une synthèse permettant de réévaluer les priorités d’actions à mener.

La surveillance environnementale en quelques mots

Voici près de 20 ans que SPAQuE a mis en place la surveillance environnementale. Celle-ci permet d’assurer le suivi scientifique de tout site pollué. L’objectif est de suivre l’évolution de l’impact du site contaminé sur l’environnement, en particulier sur les eaux souterraines par lesquelles se propagent les polluants.

Aujourd’hui, la surveillance environnementale gère près de 80 sites, sur lesquels des campagnes de prélèvements et d’analyses sont régulièrement menées. Des visites de terrain sont également effectuées afin de rendre compte de l’état des sites et de leur accessibilité, de la présence de dépôts sauvages, de l’état des infrastructures, des éventuelles détériorations de clôtures, des problèmes de salubrité ou de sécurité publiques, etc.

Pour tout renseignement complémentaire :
Caroline Charlier
Service de la communication externe et des relations avec la presse
0471/90.44.15