Retour

SPAQuE a finalisé cinq nouveaux bilans historiques

Spaque A Finalisé Cinq Nouveaux Bilans Historiques
Non classifié(e)

Au cours de l’année 2012, le service historique de SPAQuE a finalisé le bilan historique des activités de cinq sites. Il s’agit des sites « Usine Cockerill » et de « l’Aciérie LD » à Seraing, « La Martinoire » à Mouscron, la « Société de Gaz et d’Electricité » à Bressoux, et « UCB » à Le Roeulx et Mons.

D’importance cruciale, le bilan historique constitue la deuxième étape de la Chaîne des valeurs de SPAQuE. Il permet de cerner les sources de pollution potentielle résultant des activités passées d’un site industriel, et ce, du terrain vierge jusqu’à aujourd’hui. Il est le fruit de nombreuses recherches documentaires auprès des autorités administratives, régionales, provinciales et fédérales, mais aussi de témoignages et de documents privés.

Le bilan historique du site « Usines Cockerill » à Seraing ne concerne qu’une partie de celui-ci. De ce bilan, il ressort que le périmètre déterminé a accueilli des activités de sidérurgie et de construction mécanique entre 1820 et 2008. Quarante-deux sources de pollution potentielle ont été identifiées.

Sur le site « Aciérie LD » à Seraing, le bilan historique actuel ne concerne que la partie « décharge ». De 1965 au début des années 1980, le site a servi d’aire de stockage pour des scories sidérurgiques, puis des déchets divers. Des incinérations et enfouissements de déchets y ont été pratiqués.

De 1976 à 1977, la Ville de Mouscron a utilisé le site « La Martinoire » pour y déverser les déchets communaux. D’après les investigations de SPAQuE, des déchets issus de sociétés industrielles textiles, de garages automobiles ou de PME y ont aussi été déposés.

Entre 1924 et 1995, la « Société de Gaz et d’Electricité » de Bressoux a connu une activité de production d’électricité avec une centrale thermique au charbon. Les dépôts de mazout, fuel et « pitch » (produit goudronneux issu de la distillation du charbon) étaient fréquents, et ce, afin d’alimenter les chaudières. Le bilan historique a révélé 35 sources de pollution potentielle.

Enfin, le bilan historique du site « UCB » situé à Le Roeulx et Mons, qui concerne trois zones du périmètre établi, a révélé des activités de cokéfaction et de distillation du goudron entre 1889 et 1985, ainsi que des déconstructions, remblayages et dépôts divers de 1985 à 2010. Plus d’une centaine de sources de pollution potentielle a été identifiée.

Pour tout renseignement complémentaire :
Jean-Frédérick Deliège
Service de la communication externe et des relations avec la presse

0494/57.94.18

Spaque A Finalisé Cinq Nouveaux Bilans Historiques
Spaque A Finalisé Cinq Nouveaux Bilans Historiques
Spaque A Finalisé Cinq Nouveaux Bilans Historiques
Spaque A Finalisé Cinq Nouveaux Bilans Historiques
Spaque A Finalisé Cinq Nouveaux Bilans Historiques