Retour

Liège : investigations historiques sur le site « Dépôts pétroliers des Aguesses »

Non classifié(e)

SPAQuE a finalisé le bilan historique du site « Dépôts pétroliers des Aguesses » à Liège.

Ce bilan historique, finalisé en avril 2017, constitue la seconde étape de la chaîne des valeurs de SPAQuE et permet de cerner les principaux risques potentiels de contaminations compte tenu des activités passées, du terrain vierge jusqu’à aujourd’hui.

Le site dit « Dépôts pétroliers des Aguesses » a fait l’objet de transformations dès l’époque hollandaise. Un canal y est alors creusé d’ouest en est pour la navigation commerciale puis comblé après quelques années.

De 1850 à 1910, une houillère permettant l’extraction du charbon est mise en service. Des dépôts d’hydrocarbures sont installés dans le courant des années 1920 et plusieurs sociétés pétrolières s’y succèdent.

Sévèrement endommagé durant la Seconde Guerre mondiale, le site est reconstruit au lendemain du conflit. Les dépôts d’hydrocarbures restent actifs jusqu’à la fin des années 1960 pour l’un, et jusque dans les années 1980 pour l’autre.

Trente sources potentielles de pollution réparties en quatorze zones

Sur l’ensemble du périmètre du site, le bilan historique a permis d’identifier une trentaine de sources potentielles de pollution, réparties en quatorze zones principales : un remblai originel généralisé, des emplacements d’impacts de bombes, une zone de faisceaux de voies ferrées, un carreau de charbonnage avec ses puits miniers, un hall des chaudières, un dépôt d’explosifs, des tanks aux hydrocarbures, des magasins aux huiles, une cabine électrique, des garages, des ateliers, un incinérateur et, enfin, des magasins ou dépôts de matériaux et produits divers.

Ce site a fait l’objet de recherches documentaires auprès de diverses autorités administratives régionales, provinciales et fédérales. Des témoignages oraux, des publications et des documents privés ont aussi été exploités afin de compléter les informations contenues dans les documents publics.